Ressources

Les grands-parents - Un pont intergénérationnel Sylvia Brocard
Textes

Qui sont les nouveaux grands-parents? Sont-ils encore adéquats dans une société hyperpressée, hyperbranchée, hyper….

 

Grand-parents: un nouveau rôle à découvrir, un rôle privilégié!

Au terme de la vie active, le grand-parent n’a plus vraiment d’objectif professionnel à atteindre et son rôle glisse dans l’être, plutôt que dans la possession, la consommation ou le rang social.

Il se rapproche donc de la nouvelle génération des enfants qui vit essentiellement dans le présent et qui ne vise pas les objectifs….

L’enfant a peu de notion du temps et le grand-parent, souvent moins astreint à un horaire strict, moins rivé à son emploi du temps et à son agenda électronique est plus disponible, plus disert, plus attentionné aux besoins affectifs des petits.

                                                          

La relation entre les générations, une rencontre entre le passé et le futur

et cela doit profiter à toutes les parties.

 

Les grands-parents d’aujourd’hui sont jeunes, dynamiques, actifs et souvent en bonne forme: ils font du sport, ils voyagent, ils ont des projets, des rendez-vous et voient leurs petits-enfants avec un survêtement de jogging!

Il y a différentes possibilités d’investir - ou non - avec ses petits-enfants. Parfois la distance de domicile ou familiale rend les rencontres difficiles…

Parfois, le grand-parent ne souhaite pas investir en temps et préfère d’autres formes d’amour: les cadeaux, les anniversaires, les vacances…

D’autres, pour diverses raisons (divorce, remariage ou autre) ont peu d’accès relationnel et le déplorent. Il suffit alors trouver de petites fentes où  glisser un geste d’affection,des paroles encourageantes, un signe d’amitié…

Autrefois, on élevait les enfants en famille; mais aujourd’hui les grands-parents s’investissent dans la vie de leurs petits-enfants un, deux ou trois jours par semaine et remplacent la crèche ou la maman de jour parfois.

Ils vont les amener et les rechercher à la crèche, à la leçon de piano ou à la danse, ils courent les terrains de foot ou les salles de basket.

Chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a de possibilités ou de forces…

Avec nos 12 petits-enfants de 4 mois à 13 ans, il s’agit de ne pas faire de jaloux et chacun a envie d’être à son tour chez ses grands-parents et d’avoir un temps privilégié…

Nous avons donc opté pour un jour par semaine fixe pour chacune des 4 familles de nos enfants du repas de midi à 18h00

Après quoi, nous rendons le petits drôles, fourbus -nous aussi- mais rassasiés et satisfaits!

Les mamans ont donc un après-midi complet par semaine à leur disposition et elles apprécient…

 

Les langages de l’amour

Selon G. Chapman, nous pouvons employer tour à tour les cinq langages de l’amour qui sont les cadeaux, les paroles encourageantes, les gestes d’affection, les temps privilégiés ou les

La relation de grand-parent à petit-enfant est particulière à chaque âge et à nulle autre pareille c’est une relation de cœur et de sang, un lien d’âme naturel qui est créé, maintenu et se fortifie à chaque rencontre.

Cette relation pour le moins différente et généreuse assure la filiation et fonde l’enfant dans son identité et ses racines familiales. On retrouve les mêmes traits de caractère, les mêmes caractéristiques physiques, les défauts et les qualités d’ailleurs de ses ascendants, souvent les mêmes compétences qui ont été transmises toutes seules, génétiquement..

Les grands-parents servent également de courroie de transmission pour les traditions, les valeurs et les habitudes culturelles liées à la famille.

Chez nous, les fêtes de famille sont chez grand-papa et grand-maman, le lieu du creuset familial et si la maison de famille ne suffit pas un lieu public proche fait l’affaire. La fête de Noël donne lieu à de tels rassemblements et les cousins se réjouissent à l’avance de se retrouver. L’importance n’est plus dans le repas ou les cadeaux, mais dans les retrouvailles et chacun se raconte, alors, les derniers événements…

L’enfant fait partie d’une chaîne familiale immense, incontournable d’ailleurs, et il en est un maillon indispensable et unique.

Parfois il y a plusieurs histoires familiales et plusieurs racines dans les familles séparées ou recomposées; l’enjeu est le même: il a besoin de savoir d’òu il vient et où il va…

 

Rôle important c’est sûr mais limité

Les grands-parents ont un rôle stabilisateur, mais jamais contrôlant ou directionnel.

Ils ne remplacent jamais le parent défectueux (à leurs yeux) et ne créent pas des conflits de loyauté par des paroles jugeantes ou discriminatoires

Comme le grand-parent n’a pas un rôle éducatif, il n’a pas le souci d’élever, mais seulement de suivre les indications parentales. Il peut être donc moins sévère et plus indulgent en général dans sa relation.

Par contre, le petit suit les règles en vigueur chez le grand-parent, ce qui lui donne un autre modèle à vivre…

On se met à table tous ensemble et on se raconte les meilleurs événements de la semaine. Chacun mange de tout un peu et termine son assiette; il se ressert à sa convenance. On mouche son nez et on va aux toilette savant ou après, mais pas pendant le repas…

Les 4 heures, c’est la grande fête: il y a toujours une surprise, un gâteau, un anniversaire, une visite avant de faire un joli bricolage ou de jouer au jardin.

 

Des temps relationnels privilégiés

Pendant ces temps privilégiés de jeu et de partage, dans les temps de promenade aussi,  à la forêt ou au parc, nous devenons confidents et les enfants racontent beaucoup de détails, ce qui les choque ou ce qui leur plaît, ce qui les fascine et ce qui leur coûte.L’école, la maitresse, les copains ou les loisirs…

L’enfant sent alors qu’il a de l’importance et qu’il est une personne à part entière ainsi, nous créons un lien d’âme particulièrement solide et nous mettons en place l’estime de lui-même. Il se sent approuvé et entendu dans ses ressentis et il peut croire en son pas et en son avenir.

Dans le contexte social actuel, difficile et souvent ébranlé, les familles se font et se défont à grande vitesse. Dans les moments de crise familiale, les grands-parents sont un oasis de sécurité bienfaisante… un lieu pour ETRE hors du conflit parental

Cela réduit son stress et lui donne de l’espérance pour son chemin de vie.

 

Pour nous les grands-parents, c’est un bain de jouvence!

Nos petits sont une vraie source d’affection et de joies petites et grandes. Les petits câlins et les gros bisous sont les bienvenus de part et d’autre. Les gestes de tendresse sont doux, tout doux…

Les jolis dessins issus de l’imagination débridée des petits sont autant de trésors inattendus; les bricolages approximatifs faits par des mains peu expertes donnent des résultats enchanteurs

Les histoires à lire, à raconter ou à inventer remplacent aisément un programme télé et nourrissent leur imaginaire féérique.

Le temps des fêtes sont aussi une excellente occasion pour confectionner les biscuits ou les maisons en pain d’épice.

C’est une joie de transmettre  ce que nous savons faire: travailler le bois, coudre, tricoter ou crocheter, cuisiner.

A leur tour, ils vous feront entendre les derniers tubes à la mode sur leur I Pod ou leur meilleure émission télé qui vous donnera des frissons.

Grand-maman, tu n’aimes rien de ce qui est bien

C’est une vraie stimulation physique et intellectuelle et cela nous oblige à voir plus loin que notre petit monde et à aller à la rencontre du monde de l’enfant, de ce qu’il vit à l’intérieur.

Cela nous donne un sentiment d’exister et d’être utile à la fois aux petits et à leurs parents.

Chez les plus grands, un coup de main pour assimiler les nouvelles technologies nous rendra certainement grand service.

 

Il y a pourtant quelques pièges à éviter

  • Il est important de mettre des limites claires, car nos forces ne sont pas toujours à la hauteur des exigences des plus jeunes.

Quel temps pouvons-nous ou voulons-nous consacrer à notre rôle grand.

parental et quel rôle voulons-nous y jouer?

  • Notre présence doit être discrète et non critique:

ma belle-fille n’élèvera jamais mes petits-enfants comme je le souhaite, mais je choisis de ne pas critiquer, de ne pas juger et …de me taire.

  • Il n’est pas question non plus de prendre parti pour l’enfant contre le parent et de risquer un conflit de loyauté.
  • Il est important également de bien clarifier les besoins de chacune des parties en bon accord avec les parents qui restent les éducateurs en priorité.
  • Dialoguer régulièrement avec les parents pour  bien se comprendre
  • Eviter le jugement, qui crée des conflits de loyauté

Autant existe-t-il de familles et autant nous trouvons de projets différents, de possibilités ou d’impossibilités, de nouvelles solutions à inventer.

 

Eviter les non-dits

Dialoguer, exprimer ses attentes et ses besoins régulièrement est si important pour éviter  que diverses interprétations ou présupposés s’installent. Ce qui est décidé un jour n’est plus forcément valable six mois plus tard. Les attentes ou les disponibilités peuvent changer. Il est toujours temps d’évoquer un problème et de trouver un compromis gagnant-gagnant.

 

 Transmettre la bénédiction

Le transfert générationnel s’est perdu dans notre société et en même temps, on a perdu la bénédiction attenante…

L’héritage familial historique, les racines de la famille, ses origines, son lieu de vie culturel, les habitudes, les valeurs ainsi que l’héritage spirituel sont une bénédiction impressionnante pour nos descendants.

D’où  l’importance d’accorder la bénédiction à nos enfants et à nos petits-enfants de toutes les manières possibles.

L’impact de la bénédiction parentale et grand-parentale est énorme et c’est aussi un énorme privilège de la proposer. Trop de parents l’ignorent ou la minimisent: c’est un trésor perdu en route…

Les patriarches de l’Ancien Testament l’avaient bien compris

Les avantages qui en découlent fondent le succès et la réussite de la vie de nos descendants.

Notre seul but, c’est contribuer au bien-être de la famille tout entière

Peut-être devrions-nous nous poser la question?

Quel rapport, quelle relation ai-je avec mes petits-enfants? Comment puis-je la rendre profitable à chacun? Comment l’améliorer ou l’optimiser?

Quelle dynamique me conviendrait? A quel rythme?

 

Last but not least…

Il nous reste un trésor: la prière, celle qui remet à Dieu chacun des nôtres dans le secret de nos coeurs et qui fait des miracles….

Chers seniors, il n’est jamais trop tard pour se mettre en route!!!!

 

Sylvia Brocard ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

Télécharger en PDF

Lu 10373 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un asterisque (*) sont obligatoires.