Ressources

Moi & ma maison - La famille dans les desseins de Dieu T. et B. Lewis
Textes

Récemment à Islamabad, un chargé de cours universitaire parlait des facteurs faisant d’une nation une candidate pour le progrès ou pour la pauvreté. Il disait: «Je ne suis pas ici pour vous dire comment réussir, car l’important n’est pas que vous réussissiez par vous-mêmes. L’important est que vos familles et vos communautés… soient fortes et saines et que leurs besoins soient satisfaits. Ce que je vous explique aujourd’hui n’est pas que pour vous, mais pour toute votre famille.» Les étudiants ont commencé à applaudir, doucement d’abord, puis se sont levés pour une standing ovation. Le doyen du département a dit par la suite: «Je n’ai jamais vu les étudiants applaudir un orateur auparavant, encore moins de cette manière ! Ce que vous avez dit a touché leurs cœurs.»

La famille est la structure la plus répandue et le plus durable de la société humaine. Partout dans le monde, les gens ont une famille, certaines relativement saines d’autres catastrophiques – la plus grande source de joie pour certains et la plus grande source de souffrance pour d’autres. Est pratiquement toujours un mélange des deux. Les Chinois disent: «Cinq générations sous le même toit, c’est le ciel sur la terre.» Mais combien de gens pensent encore de la sorte ? Certains diront peut être que c’est «l’enfer sur la terre».

La Bible est notre principale source de révélation, mais nous ne prenons souvent qu’une partie, un passage ici ou là, en nous concentrant sur des détails et en ne voyant pas le plan d’ensemble. Nous ne pouvons pas faire la volonté du Père sans comprendre ce qu’est cette volonté. Pour entrer pleinement dans l’alliance que Dieu a faite avec son peuple, nous devons chercher à mieux comprendre ce qu’est cette alliance – une alliance faite avec des familles et pour des familles. La Bible est une histoire de Dieu qui choisit des familles pieuses pour accomplir ses desseins sur la terre.

 

Comment le Royaume de Dieu devait-il être établi sur la terre

Dans Genèse 1, nous lisons que Dieu a créé Adam et Eve afin que, par leur relation avec lui et en le représentant, ils deviennent avec leurs descendants les intendants de toute vie sur terre. Le Royaume de Dieu, son règne, devait être exercé par la famille d’Adam.

Satan a lancé une attaque immédiate contre les projets de Dieu (Genèse 3), s’en prenant à la relation de l’homme avec Dieu, puis attaquant la famille d’Adam. La vie est une guerre, et la famille se trouve à l’épicentre de cette guerre ! Satan continue de s’attaquer à Dieu et à ses desseins, cherchant à maudire et à détruire toutes les familles de la terre – y compris la vôtre, la mienne et celles qui nous entourent.

Dans Genèse 6 et 7, alors que les êtres vivants sur terre deviennent de plus en plus violents, Dieu décide de détruire l’humanité et tout être vivant de la terre. Pour ce faire, il appelle et sauve une famille qui l’aime, l’utilisant pour accomplir son plan. Dans Genèse 8:18-19, non seulement la famille de Noé est sortie saine et sauve de l’arche, mais «chaque créature, chaque animal qui rampe sur le sol et chaque espèce d’oiseau, tout ce qui se meut sur la face de la terre, sortit de l’arche par familles

Puis Dieu a fait à Noé la promesse de ne plus jamais détruire l’humanité et les animaux, répétant une fois de plus le commandement qu’il avait donné à Adam d’être fécond, de multiplier et de répandre sa famille sur la terre pour y régner comme intendants de Dieu.

Ne passez pas à côté du fait que Dieu n’a pas changé son projet original d’utiliser une famille qui l’aime pour établir son règne, ou son royaume, sur la terre. Malgré tous ses efforts, Satan n’a pas réussi à empêcher Dieu de réaliser son projet originel.

Alors que l’histoire se poursuit, nous voyons Dieu continuer à suivre toutes les familles de la terre. Même après la tour de Babel, Dieu suit les maisonnées, les citant par leur nom «selon leurs familles, selon leurs langues, selon leurs pays, selon leurs nations» (Genèse 10:20). Dieu connaît-il toujours les noms de toutes les têtes de maisonnées de notre planète et des territoires où ils vivent? Nous pensons que c’est le cas.

Dans Genèse 12, Dieu fait une alliance particulière avec Abraham et ses descendants. Après avoir retracé la famille de Noé jusqu’à la naissance d’Abraham, Genèse 12:3 nous montre que Dieu dit à Abraham: «Je bénirai ceux qui te béniront … et en toi toutes les familles de la terre seront bénies.»

Qui donc Dieu a-t-il choisi pour apporter sa bénédiction au monde? Pas une agence, ni une organisation, mais une famille. Et qui d’après Dieu devait recevoir cette bénédiction? Pas des individus, ni des pays ou même des langues, mais des familles – toutes les familles citées dans Genèse 10 et 11 – toutes les familles de la terre.

Ainsi la structure familiale est-elle porteuse de la bénédiction de Dieu, et elle en est aussi la bénéficiaire. Dieu bénit les familles prêtes à lui obéir, et il s’attend à ce que nous entrions dans l’alliance faite à Abraham en tant que familles, en bénissant les autres familles de la terre. L’alliance de Dieu avec des familles constitue également un mandat – étendre cette bénédiction à d’autres familles.

La famille est l’unité sociale fondamentale des desseins de rédemption et de règne du Seigneur dans le monde.

La famille est aussi l’unité bénéficiaire du règne et de la rédemption divine!

Mais que Dieu veut-il dire par «familles»? Dieu ne faisait par simplement référence à Abraham, à sa femme et à son fils. Quand Abram a quitté son pays, «comme Dieu le lui a demandé», il a pris avec lui toute sa maison – tous ceux dont il était responsable, y compris son neveu orphelin. En Egypte, il a ajouté à sa maison de nombreux serviteurs. C’était un groupe tellement important que lorsqu’ils sont rentrés d’Egypte, Abram  du se séparer de Lot pour que chacun ait assez de pâturages pour leurs troupeaux respectifs. Par la suite, Abram va sauver Lot, il emmène avec lui plus de trois cent hommes de sa propre maison. Il y avait certainement 1000 personnes dans la maison d’Abram.

Cette immense maison était-elle incluse dans l’alliance de Dieu et dans sa bénédiction? Lorsque Dieu a établi son alliance avec Abraham, tous les homes de cette immense maison ont été circoncis. Genèse 17:15-21 nous dit que la bénédiction de Dieu demeurerait sur Ismaël et sur ses descendants, même si son alliance éternelle avec Abraham se poursuivrait par Isaac. Même si la promesse d’alliance (bénir toutes les familles de la terre) n’était transmise que par quelques-uns, la bénédiction de Dieu était sur toute la maison.

Nous pouvons utiliser le terme biblique oikos pour désigner cette maison entière, terme représentant fondamentalement une communauté ayant une famille pour cœur. Lorsque des relations spirituelle, économique et sociales engagées se développent autour d’une famille élargie, toutes ces personnes mises ensemble constituent l’oikos. Dans la Bible, nous voyons que la maison familiale, ou oikos, est le bloc de construction de base du Royaume de Dieu sur cette terre.

L’appel de Dieu sur la famille d’Abraham était non seulement large, comprenant toute sa maison dans cette génération, mais il était aussi long. L’alliance a été répétée aux générations suivantes – à Isaac, le fils d’Abraham et à son petit-fils Jacob. Dans Genèse 28:14, Dieu dit à Jacob: «Ta postérité sera comme la poussière de la terre … et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta postérité. Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai dans ce pays; car je ne t’abandonnerai point, que je n’aie exécuté ce que je te dis.»

Est-ce que l’expression: «Je suis avec toi … partout où tu iras» vous semble familière? Elle devrait, car Jésus l’a répétée quand il a demandé à ses disciples de poursuivre le mandat que Dieu avait donné à Abraham. En fait, Jésus étend sur nous l’alliance passée par Dieu avec Abraham. «Reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham. Aussi l'Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d'avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham: Toutes les nations seront bénies en toi! De sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant … Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse» (Galates 3:7-9, 29).

Alors que Dieu nous a-t-il promis en tant que descendants d’Abraham? Il nous a promis que toutes les familles de la terre seraient bénies au travers de nous. Nous pouvons en toute confiance répandre la bénédiction de l’Evangile à toutes les familles car Dieu a déjà promis qu’il le ferait au-travers de nous.

 

Comment les apôtres ont-ils répandu la bénédiction d’Abraham?

Pendant de nombreuses années, nous avons étudié la façon dont l’Evangile était partagé dans le livre des Actes. Cependant, ce n’est que très récemment que nous avons réalisé que les apôtres, dans les Actes, prêchaient régulièrement l’Evangile comme l’accomplissement de la promesse de Dieu pour la famille, la communauté ou la population dans son ensemble. Ils ne disaient jamais: «Jésus est venu pour te sauver» (singulier); ils parlaient toujours à la collectivité.

Par exemple, le jour de la Pentecôte, lorsque Pierre a prêché aux Juifs de nombreux pays, il a souligné le fait que «la promesse est pour vous et pour vos enfants, en aussi grand nombre que le Seigneur les appellera» (Actes 2:39). Il s’agit d’un message familial, un message pour «les extrémités de la terre». Cette bonne nouvelle est un message de la bénédiction de Dieu qui vient sur votre famille entière, sur votre oikos, où qu’il se trouve sur la planète.

Dans les Actes, pour les Juifs, la Bonne Nouvelle est que Jésus est venu pour accomplir les promesses de Dieu d’apporter le salut à tous les descendants d’Israël. Pierre a dit aux Juifs dans le temple: «Vous êtes les fils des prophètes et de l’alliance que Dieu a traitée avec nos pères, en disant à Abraham: «Toutes les familles de la terre seront bénies en ta postérité.» (Actes 3:25). Pierre exprimait ici clairement que cette bonne nouvelle n’était pas seulement pour toute leur famille, mais pour les autres familles de la terre. La promesse de Dieu était autant une alliance qu’un mandat.

Comment les apôtres partageaient-ils cette bonne nouvelle avec les familles des Gentils? La première fois que Pierre a prêché dans une maison de Gentils, il s’est exclamé devant la parenté et les amis de Corneille: «En vérité, je reconnais que Dieu ne fait point acception de personnes, mais qu'en toute nation (chaque groupe ethnique ou lignée familiale) celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable» (Actes 10:34-36). En poursuivant, Pierre ajoute: «Il a envoyé la parole (ce message) aux fils d'Israël». Avant même qu’il ait terminé son message, le Saint-Esprit est tombé sur l’oikos (la maison) de Corneille, prenant Pierre totalement par surprise, et les Juifs avec lui. Peut-être pensaient-il que Dieu n’accepterait cette famille de Gentils que lorsqu’ils se convertiraient au judaïsme; Pierre prêchait encore l’Evangile comme un message de Dieu pour le peuple Juif. Ils ne faisaient que commencer à réaliser qu’une famille de Gentils pouvait aussi recevoir la bénédiction d’Abraham et devenir sa postérité spirituelle par le seul moyen de la foi.

Les apôtres ont bientôt commencé à comprendre que ce message de la bénédiction de Dieu, cette restauration de notre relation avec Dieu au-travers de Christ, est une bénédiction pour toutes les familles de la terre, non seulement pour les Juifs. En parlant avec des Gentils, les apôtres n’ont pas transformé l’Evangile en message de salut individuel. Ils ont continué de prêcher le salut à des groupes entiers ou à des familles entières.

Ainsi, quand Paul a prêché à Athènes (Actes 17), il a souligné plusieurs choses: nous sommes tous issus d’un homme, Dieu a créé chaque lignée familiale ou groupe de population et ils sait quand et où ils vivent, et nous sommes tous la postérité de Dieu (citant un de leurs propres poètes). Paul avait compris, et il le prêchait clairement, que ce message est pour toutes les familles, où qu’elles vivent; Dieu appelle tous les groupes de population, en tous lieux, à se repentir de leur ignorance.

A notre grand embarras, nous ne pouvons pas nous rappeler avoir présenté l’Evangile de cette façon Nous avons présenté l’Evangile avec des familles entières auparavant, mais nous n’avons jamais formulé: «C’est un message de bénédiction, d’espérance et de réconciliation pour l’ensemble de votre famille élargie. Dieu a accompli quelque chose d’étonnant au-travers de Jésus-Christ, quelque chose qui va apporter une bénédiction à l’ensemble de votre famille et de votre groupe de population. Vous pouvez tous être sauvés!»

Comment avons-nous pu négliger cet aspect crucial de la manière dont l’Evangile est présenté dans le Nouveau Testament?

 

Nous n’avons pas apporté la bénédiction de l’Evangile aux familles

Nous devons reconnaître que dans les derniers siècles, les missionnaires protestants n’ont pas toujours apporté l’Evangile comme une bénédiction aux familles de la terre. En fait, notre zèle plein de bonnes intentions de parler de Christ aux individus a souvent entraîné la déchirure des familles. Nous devons repenser toutes nos stratégies et notre missiologie en termes d’alliance que Dieu a traitée avec Abraham et prêter un nouveau «serment d’Hippocrate»: Tout d’abord, ne faites pas de mal … aux familles.

Peut-être qu’une fois que nous aurons appris à implanter l’Evangile dans des familles et des groupes de personnes d’une telle manière qu’ils peuvent le recevoir comme un Nouvelle réellement Bonne pour eux tous, nous verrons le message du Royaume se répandre d’une famille à l’autre et d’un groupe à l’autre. «Et cet évangile du royaume sera prêché dans la terre habitée tout entière, en témoignage à toutes les nations; et alors viendra la fin» (Matthieu 24:14).

Jusqu’à que nous ayons pleinement réalisé et que nous nous soyons approprié le fait que nos familles sont en même temps bénéficiaires et porteuses de la bénédiction divine, nous ne pouvons pas pleinement saisir ce que veut dire de porter cette bénédiction à d’autres familles entières.

 

Qu’est-ce que cela veut dire pour ma famille?

Nous voulons souligner ces deux points:

  1. Au-travers de votre engagement chrétien, Dieu bénit toute votre famille – vos parents, vos frères et sœurs, vos cousins, même vos amis, et vos enfants et vos petits-enfants à travers les générations.
  2. Ce message de l’Evangile inclut l’intention de Dieu de rendre cette même bénédiction disponible pour toutes les familles, où qu’elles se trouvent – à des maisons élargies, des clans et des groupes de population.

Peut-être pensez-vous: «Vous ne connaissez pas ma famille. C’est une catastrophe. Dieu ne peut certainement pas nous utiliser!» Mais Dieu toujours de travailler avec des familles qui ont des problèmes importants – comme Abraham et Sarah (qui douta de Dieu et engendra Ismaël), ou Isaac (qui reprit les craintes de son pères et menti à nouveau à Abimélek).

Non seulement Dieu prend au sérieux son engagement de bénir et d’utiliser nos familles, Dieu prend aussi au sérieux les engagements des chefs de maison envers lui. Abraham a pris une décision en faveur de toute sa maison et tous ses descendants. Juste avant sa mort, Josué a révisé toute l’histoire de la famille d’Abraham, ainsi que l’alliance que Dieu a traitée avec eux. Il a défié les familles d’Israël de choisir de suivre Dieu, prenant lui-même position pour toute sa maison en disant: «Moi et ma maison, nous servirons l’Eternel» (Josué 24:14-22).

De même, Dieu ayant pris plaisir à voir l’engagement de David envers lui, il annonce que le Messie serait l’un des descendants de David. Le promesse de Dieu à David est restée, même quand sa postérité s’est détournée de Dieu, qu’elle a fait le mal et qu’elle a perdu le droit de régner.

Les déclarations et les engagements des chefs de foyers ont des conséquences spirituelles – un effet qui dépasse leur sphère d’influence immédiate, tant horizontalement (avec leur famille élargie actuelle) que verticalement (avec les générations futures).

Dans le Nouveau Testament, nous voyons cette même influence des chefs de foyers pour proclamer: «Moi et ma maison…» Vous aussi, vous pouvez prendre des décisions qui affectent toute votre maison.

Que se passe-t-il si seule une épouse, ou un autre membre de la maison qui n’est pas en position d’autorité dans la famille se convertit? La bénédiction, s’étend-t-elle dans ce cas à toute la famille ou non? Paul indique que c’est la cas: «si une femme a un mari incrédule, et qu'il veuille habiter avec elle, qu'elle n'abandonne pas son mari. Car le mari incrédule est sanctifié par la femme, et la femme incrédule est sanctifiée par le frère, son mari; puisque autrement vos enfants seraient impurs; mais maintenant ils sont saints. Mais si l'incrédule s'en va, qu'il s'en aille; le frère ou la sœur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix» (1 Corinthiens 7:13-15). Paul n’indique pas là que tous les membres de la famille seront sauvés par la foi d’un seul croyant (voir verset 16), mais il dit qu’ils sont maintenant saints, sanctifiés ou mis à part pour Dieu d’une manière particulière. A cause de la foi du membre croyant, une bénédiction spéciale vient sur l’ensemble de la famille.

Les maisons qui entrent dans une relation d’alliance avec Dieu par ce type de décision deviennent participants de la bénédiction de Dieu pour les familles de la terre. Ils deviennent membres de la famille de Dieu par l’Esprit d’adoption, et font désormais partie des descendants d’Abraham et de son alliance. Qu’est-ce que cela veut dire? Cela signifie que la famille d’un croyant fait  maintenant partie de la famille d’Abraham qui accomplit la promesse de Dieu pour les autres familles de la terre. Cela signifie que Dieu est avec vous, comme Jésus l’a dit: «Allez, et faites de toutes les nations des disciples… Voici je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28 :20).

Qu’en est-il des célibataires? Même s’ils ne sont pas mariés et fondateurs d’une famille, ils proviennent malgré tout d’une lignée familiale que Dieu veut bénir à cause de leur foi. Et Dieu est fidèle pour bénir d’autres personnes également au travers de célibataires. Joseph, malgré le fait qu’il ait été mal traité par sa propre famille, est resté fidèle à l’appel et au caractère de Dieu. C’est certainement le patriarche qui a apporté la bénédiction de Dieu de manière tangible au plus grand nombre de famille, y compris la sienne.

La plupart d’entre nous avons été enseignés que par Jésus, nous sommes maintenant adoptés en tant qu’individus dans une nouvelle famille, la famille de Dieu. Cela est vrai (Galates 4:4-5) et cela constitue un réel réconfort pour ceux qui sont des conditions familiales difficiles. Cependant, il est également vrai que par notre engagement pour Christ, la bénédiction de Dieu vient sur nos propres familles, même sur les non-croyants, comme cela a été le cas pour toute la famille d’Abraham.

Ne sous-estimez pas la volonté et le pouvoir de Dieu pour bénir toute votre famille au-travers de l’engagement que vous avez pris pour Christ. «Car la promesse est pour vous et pour vos enfants, en aussi grand nombre que le Seigneur les appellera» (Actes 2:39). Mais rappelez-vous que le cœur de cette bénédiction est que votre famille devienne une bénédiction pour les familles de la terre, tout comme Abraham a pris sa propre maison dans un endroit éloigné où Dieu voulait apporter sa bénédiction et son Royaume.

 

T. et B. Lewis.avec leurs trois enfants et tous leurs petits-enfants, vivent et travaillent en Asie du Sud, cherchant à apporter la bénédiction promise à Abraham aux familles. Vous pouvez contacter les auteurs à l’adresse suivante: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Article tiré et traduit de la revue missionnaire Mission Frontiers, Mars-Avril 2012, avec autorisation. www.missionfrontiers.org.

Télécharger en PDF

Lu 8314 fois
Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un asterisque (*) sont obligatoires.